La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Chimaeris", Eric Tourville

" A soixante-trois ans, Jackson avait compris depuis longtemps que , pour que le monde soit vivable, il avait plus besoin de mensonges que de vérités."

« La première chose qu’il vit, ce fut le symbole rouge au-dessus de la porte d’entrée. Une étoile à cinq branches dans un cercle dont le lieutenant ignorait la signification. L’impression angoissante d’être devant les portes de l’Enfer. » Dans l’hiver glacial du Vermont, pas très loin de Salem, une maison abandonnée, quatre cadavres de petites filles carbonisés, la cinquième a disparu… l’enquête commence. La presse joue la piste pédophile, la police, celle de la sorcellerie. Et si ce n’était qu’une chasse à l’homme (...).

(Quand j'ai vu la couverture, et le titre. Coup de foudre esthétique.)

(Ensuite, j'ai lu la quatrième. Rien que "Salem", et j'ai envie de dire : "j'achète". Puis j'avoue, les enfants brulés vifs, la survivante, l'enquête, ne pas savoir vers où va partir l'histoire, me faire déjà plein de films, prier pour qu'on ne tombe pas dans l'horreur ou le surnaturel, tout ça m'a donné vachement envie de plonger sans attendre dans ce gros pavé).

(C'était terrifiant. Et hyper addictif, tout de suite. Un peu glauque, un peu trash, un peu mystérieux. Un duo de flic et de légiste qui en rappelle évidemment un autre, et qui partage avec l'équipe de Scarpetta (enfin, avec l'équipe des débuts) un potentiel sympathie évident. Rien de trop ni de trop peu, une enquête classique et pourtant haletante, et un changement de point de vue topissime. Et Dawn. Évidemment. Ou pas. Je vous laisse la surprise. Mais moi j'ai adoré.)

(Et puis le récit change de cap : bye bye Cornwell, bonjour Thilliez. Un putain (pardon) de virage à 180 degrés que je n'avais pas vu venir et qui m'a embarquée. Pourtant, croyez-moi, sur papier, euh, c'était pas gagné. Dans Chimaeris, on parle de phosphore, de chiens éviscérés, d'étoiles, d'homo sapiens et de fréquences radio bizarres, il y du café, beaucoup de café, de l'humanité, mais pas que, des humains, mais pas que, on passe par Tchernobyl, Salem, Las Vegas et la Zone 51, et tout tient la route. C'est ça qui est assez dingue, quand on y pense.)

(En bref, une énorme surprise. Et une énorme claque. Un premier roman, addictif, mystérieux, parfois complexe mais toujours accessible, avec des personnages crédibles, attachants et pleins de nuances. Une énorme réussite.)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacqueline 05/03/2018 14:54

Oh oh .....un titre que je note .....un billet tentateur ....