La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Le Dompteur de lions", Camilla Läckberg

"Le Dompteur de lions", Camilla Läckberg

"Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur montant, gagnent en chaleur suave." Sainte-Beuve.

Une jeune fille disparue depuis plus de quatre mois erre à moitié nue à travers la forêt enneigée avant d'atterrir sur une route déserte. La voiture arrive de nulle part, le choc est inévitable. L'accident n'explique pourtant pas les yeux crevés de la victime et les nombreuses blessures sur son corps. Lorsqu'Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire de meurtre impliquant un ancien dompteur de lions, elle ne se doute pas que les sombres tentacules du passé sont en train de se refermer sur le présent. Et que le cauchemar ne fait que commencer…

Il y a des livres que l'on commence en ayant l'impression de retrouver de vieux amis. Le dompteur de lions est de ceux-là. Vous savez, les vieux amis, on a tendance à leur pardonner beaucoup de choses, et ce fut mon cas avec quelques précédents épisodes de la saga Erica : à force de surfer sur la vague, l'auteur a eu parfois tendance à ronronner, à jouer des vieilles ficelles, à publier des romans en-deçà, mais qu'importe. Voir les enfants grandir et Martin se reconstruire, partager leurs petits bonheurs et leurs grands drames, trembler, être ému, sourire, tout à la fois et pendant quatre cents pages, en soi, c'est déjà un peu une idée du bonheur.

Mais cette année, cette année, point de en-deçà! Déjà, on visite Fjällbacka sous la neige .

Voilà qui fait rêver, non? Puis cette histoire, elle ne souffre d'aucun temps mort : dès les premières lignes la tension monte, doucement, le coeur se serre et l'envie de savoir (et de comprendre) est là. Fidèle à son habituel schéma passé-présent, Läckberg nous offre une narration habile, addictive, elle joue avec nos nerfs (j'ai cru avoir deviné, mais non, en fait ), et moi, j'adore ça. La thématique abordée (vous voyez comme je vous laisse la surprise?) est forte, les personnages sont tour à tour attachants, énervants, monstrueux, et plus encore que l'enquête elle-même, c'est le passé que l'on fouille, comme Erica, et sans doute pour la même raison qu'elle (ou comment dire les choses sans les dire, c'est perturbant ). Bref, en un mot comme en cent, j'ai a-do-ré cette lecture, et jusque juin prochain...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Camilla Lackberg est mon auteure préférée ! :) J'ai dévoré et adoré ce tome :P
Répondre
L
C'est drôle, je n'ai jamais accroché à ce qu'elle écrit ...pourtant ton billet donne envie !
Répondre
L
Lequel as-tu lu? Je les ai lu tous, et dans l'ordre, ça aide à passer sur les moins bons^^
J
Une auteure que j'avais abandonnée "par lassitude" ..... mais ton billet me donne envie de la "redécouvrir" ...:)
Répondre
L
J'avais lu "L'enfant Allemand" ...je ne suis même pas certaine de l'avoir terminé ...
L
C est un très bon cru celui-ci!
F
Camilla c'est mon plaisir d'été que je retrouve chaque année avec impatience! Comme tu dis, comme de vieux amis :-). J'ai hate! <br /> (La couverture m'a l'air bien flippante!)
Répondre
L
Pour le coup, oui en effet, c est un peu flippant :-) vivement ton avis!